Pasolini… fascisme et société de consommation. VOSTFR

Pier Paolo Pasolini n’a eu de cesse de dénoncer la société de consommation que Michel Clouscard décrivait à la même époque comme un euphémisme désignant l’avènement de la société néo-fasciste dans laquelle nous vivons actuellement.

Pasolini décrit ici la dissolution de l’âme italienne dans la modernité fasciste occidentale, celle de l’après-guerre et de la société de masse. Un drame irréparable qui correspond à ce qu’il s’est passé en France mais aussi dans d’autres pays. Nous assistons au meurtre des identités et nous arrivons dans la nuit des peuples.

Voici ce que Pasolini écrivait dans ses Écrits corsaires (copiés ici) :

« Il existe aujourd’hui une forme d’antifascisme archéologique qui est en somme un bon prétexte pour se décerner un brevet d’antifascisme réel. Il s’agit d’un antifascisme facile, qui a pour objet et objectif un fascisme archaïque qui n’existe plus et qui n’existera plus jamais. […] Voilà pourquoi une bonne partie de l’antifascisme d’aujourd’hui ou, du moins, de ce que l’on appelle antifascisme, est soit naïf et stupide, soit prétextuel et de mauvaise foi  ; en effet, elle combat, ou fait semblant de combattre, un phénomène mort et enterré, archéologique, qui ne peut plus faire peur à personne. C’est, en somme, un antifascisme de tout confort et de tout repos. »

« Je suis profondément convaincu que le vrai fascisme est ce que les sociologues ont trop gentiment nommé « la société de consommation », définition qui paraît inoffensive et purement indicative. Il n’en est rien. »

« Il ne s’agit plus, comme à l’époque mussolinienne, d’un enrégimentement superficiel, scénographique, mais d’un enrégimentement réel, qui a volé et changé leur âme. Ce qui signifie, en définitive, que cette « civilisation de consommation » est une civilisation dictatoriale. En somme, si le mot de « fascisme » signifie violence du pouvoir, la « société de consommation » a bien réalisé le fascisme. »

« Le fascisme, je tiens à le répéter, n’a pas même, au fond, été capable d’égratigner l’âme du peuple italien, tandis que le nouveau fascisme, grâce aux nouveaux moyens de communication et d’information (surtout, justement, la télévision), l’a non seulement égratignée, mais encore lacérée, violée, souillée à jamais »

Écrits corsaires (1976)

Dans l’intolérance généralisée qui règne aujourd’hui, mâtinée d’une médiocrité sans précédent dans l’histoire de l’humanité, puissent les antifas, les antiracistes et autres féministes lgbétistes réaliser ce à quoi ils sont en train de servir aujourd’hui : construire le lit du néo-fascisme.

Le désastre semble définitif : ce qui a été perdu, les identités et les façons d’être, l’est pour toujours. Merci, Pier Paolo, merci de décrire ainsi le désastre du totalitarisme dans lequel nous baignons. Presque 50 ans après ta mort, tu restes une lanterne dans la nuit nazie qui s’abat sur les peuples d’occident.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.